F.A.Q

En quoi KléZia est un concept novateur ? Il y a déjà des pâtisseries à IG bas, des pâtisseries sans lactose etc…

KléZia se distingue des autres créations en prenant le problème de santé dans sa globalité. Souvent les « nouveaux concepts » n’abordent qu’un aspect santé/éthique. Lorsqu’on a des produits sans (sucre, gluten, origine animale...), on retrouve des édulcorants, des graisses saturées, une forte proportion de soja, des ingrédients à IG élevé, des produits venant de loin et/ou non biologiques etc…

KléZia a travaillé sur tous ces aspects à la fois pour offrir des produits nutritionnellement intéressants mais aussi bienfaisants.

Choisir KléZia, c’est encourager son économie locale tout en prenant vraiment soin de sa santé.

KléZia illustre à travers ses pâtisseries le « bien-manger ». Si on peut l’appliquer à la pâtisserie, pourquoi ne pourrait-on pas l’intégrer à notre alimentation quotidienne ?

Bref, comme j’aime à le dire, « Ni tout à fait ceci, ni tout à fait cela mais un peu tout ça à la fois. 100% KléZia !»

 

Pourquoi des fleurs ?

Non, ce n’est pas une nouvelle lubie de chef. Il est vrai que cette mode semble fleurir à toutes les grandes tables et pourtant… Les fleurs comestibles sont utilisées depuis l’Antiquité. Avec plus de 200 fleurs comestibles répertoriées, on aurait tort de s’en priver. Aujourd’hui nombre d’entre nous en utilise sans s’en rendre compte : eau de fleur d’oranger, miel d’acacia, thé au jasmin…

KléZia souhaite illustrer son travail du végétal en le mettant à l’honneur. Chez KléZia, le pétale, la feuille, la fleur sont utilisés pour décorer, pour illustrer la composition pâtissière, mais aussi pour parfumer, ajouter des touches de couleurs et parfois même teinter. Ces versions fraiches, donc crues apportent leur lot de vitamines et micronutriments ! Bref, n’ayez pas peur de les manger. Il serait dommage de les laisser sur le côté de l’assiette…

 

Pourquoi ne pas être allé jusqu’au bout de la démarche végétalienne en conservant les œufs ?

Tout d’abord, l’objectif KléZia est bien de proposer une pâtisserie santé. L’alimentation végétalienne est avant tout synonyme d’éthique animale. KléZia, s’inscrit dans une démarche responsable en travaillant avec des éleveurs de choix qui respectent leurs animaux et leur environnement.

L’œuf est un aliment santé par excellence. Quoi lui reprocher ? Comme vous pourrez le lire au fil des articles du blog, les protéines animales sont bien mieux assimilées que les sources végétales, un bon œuf Bio fermier a une teneur non négligeable en Omégas-3 ... Bref, il entre totalement dans la démarche santé KléZia.

Toutefois, seule la dose fait le poison. C'est pourquoi la quantité d'oeuf est revue à la baisse en se jouant de nouveaux aliments sains, locaux & vegan (graine de lin...)

 

Pourquoi ne retrouve t-on pas d’huile de coco comme dans de nombreuses nouvelles pâtisseries ?

Huile de coco, banane, avocat, etc… sont des ingrédients santé, oui. KléZia n’exclue donc pas de les utiliser mais privilégie les ingrédients locaux. C’est par exemple le cas du café qui est substitué par de la chicorée du nord de la France.

 

Pourquoi conserver le gluten jugé mauvais pour la santé ?

Un dossier nutrition y est spécialement dédié ici, mais en quelques mots :

> Il est nécessaire de distinguer l'origine du gluten de blé (blés anciens vs blés modernes)

> Notre corps tolère de moins en moins cette molécule car nous l'ingérons en trop grande quantité (bières, farines, pâtes, pain, pâte à tarte, pain de mie, couscous, viennoiseries...). Généralement ces aliments ont aussi un fort indice glycémique. C'est la raison pour laquelle KléZia utilise des farines de blés anciens et aussi dans des proportions relatives grâce à un mélange de plusieurs farines : lupin, pois chiche, poudre d'amande...

 

Vous revendiquez des produits à charge glycémique basse à modérée, pourquoi conserver le sucre au détriment des édulcorants ?

Le créneau KléZia reste encore une fois la santé.  Il semble évident que dans la mesure où on peut conserver l’utilisation d’un sucre naturel, il faut le privilégier, surtout quand l’objectif de conserver une charge glycémique modérée est atteint, non ? KléZia possède « au cas où » quelques sucres-alcools dit polyols reconnus à ce jour comme « propre ». Cependant ni fructose, ni maltitol, ni xylitol, ni extrait de stévia, ni aspartame ne rentrent dans la cuisine de KléZia.

 

Vous avez d’autres questions sans réponse ? N’hésitez pas à les envoyer afin de compléter cette rubrique !

Fait à Toulouse